Les fleurs

“Mâ d-dahru illâ r-rabî‘u al-mustanîr
idhâ atâ r-rabî‘u atâ-ka n-nûru wa n-nuwar
Fa-l-ardu yaqûtatun wa-l-djawwu lu’lu’un
an-abtu fayrûzu wa-l-mâ’u billawru (…)“


“L’éternité n’est qu’un printemps illuminé,
Lorsque arrive le printemps t’inondent fleurs et lumière,

Rubis devient la terre, perle est l’atmosphère,
Turquoise est l’herbe, et l’eau devient cristalline.

En lui, les roses sont harmonieusement disposées

En bonne compagnie et les giroflées éparpillées.

Celui qui respire le jasmin du printemps dit :

« Ni le musc n’est musc ni le camphre n’est camphre en réalité .»

Ibn Khafâdja

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×